Faut-il ou non battre les enfants

Depuis l’aube des temps, les questions d’éducations restent une problématique importante pour les parents. Quelles sont les choses que l’on peut faire et les autres que l’on doit éviter ? Comment éduquer les enfants de la bonne manière pour éviter justement de faire face à des situations problématiques dès leur adolescence et à l’âge adulte. Les coups sont entre autres au cœur du débat. Mais mpedia.fr vous donne la solution.

Le Code pénal interdit les violences physiques et verbales sur les enfants

Une modification du Code pénal a créé il  y a de cela quelques années la polémique. Les peines et les sanctions concernant les violents physiques et verbales sur les mineurs ont été révisées. Si bien que, que ce soit à la maison ou dans les établissements scolaires, donner des coups n’est plus possible. D’ailleurs, certains enfants en profitent largement. 

Le Code pénal émet aussi une différence entre violence physique et violence verbale. La première est les coups et blessures touchant à l’intégrité physique des personnes de moins de 18 ans. La seconde est les mots blessants touchant à l’intégrité morale des enfants. Selon les pédopsychiatres, la seconde violence est plus grave que la première. Et pour cause, les mots restent à jamais dans la mémoire des petits alors que les blessures peuvent guérir. 

Quoi qu’il en soit, les pédiatres et les professionnels de l’éducation ne sont pas d'accord avec les fessés et les violences pour se faire respecter et craint par les petits. Il y a quelques autres alternatifs. 

Les limites de l’application des textes

Mais ne faut-il véritablement pas donner la fessée ? Les grands-parents sont les premiers à regretter cette approche. Mais sachez que prendre les textes en partie n’est pas la bonne solution pour assurer une bonne éducation aux enfants. Il y a des limites à ces lois. Les sanctions sont applicables quand vous touchez à des zones sensibles comme la tête ou les parties génitales. En outre, la violence gratuite est la plus sanctionnée. 

Cependant, outre les coups, vous avez plusieurs punitions que vous pouvez utiliser dans le but de gérer vos enfants. Les passages au coin, les restrictions de certains avantages comme les jeux, les desserts, et les isolements dans la chambre. Un ton ferme et une assurance sont nécessaires pour se faire respecter. Mais sachez que nos petites têtes blondes sont aussi ouvertes à quelques marques de tendresses. Après chaque punition, vous devez prendre le temps d’expliquer à vos enfants les raisons d’une telle démarche pour que les crises ne se répètent pas. Comme quoi les coups ne sont pas les seuls à fonctionner. 

 

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec une *

Quelle est la première lettre du mot apeejk ? :